T'aduler





 

T'aduler
Te pendre au cou de mes enthousiasmes encore vifs
T'empailler presque, t'abriter à demeure
Me happer dans ta chair
Partir de ta fournaise
Tu es vaguement indemne
Moi pas
Pliée jusqu'à l'os sous la charge de notre débine
T'évoquer
Te convoquer
Corps mort de mes pensées diffuses
T'animer
Te retourner
 Ébahie pourtant de t'avoir cru
Le temps est trop abouti, le dissoudre
Me hisser à tes côtés pour que tu m'entendes
Te hisser sur des stèles de sable
T'effacer