Dépense.


 


Je me dépense en va-et-vient dans l'angle de ta cage
Je ne pense qu'à ça
Décomposée par les rabâchages, démolie par les reconstitutions
Au-dessus du lot des amours roturières
Je me suis longtemps perchée avec témérité

Adossée aux barreaux de ta supercherie
Je ne voulais pas en démordre
Je tente d'extraire mon bec de ta chair
C'est dur, je tourne en rond dans ta volière
A demi-morte d'engourdissement

Je rêve que je te survole,  portant la vision au-delà de l'horizon
 J'ai acquis une expertise certaine des vaux
Je ne pense plus qu'en dénivelé
J'y pense pour ne pas y croire






Avril 2010