Requiem




Je t'ai aimé sans fond
Sans écho, dans l'effort
Muselée par ton temps
Je t'ai aimé comme un carême
J'ai bu jusqu'à la lie ton mucus
Afin que ne m'échappe aucune des transsudations
Que tu aurais, malgré toi,  abandonnée au sol
Léché du bout de ma langue tes gerçures
Je t'ai aimé comme une seconde peau
 J'ai bercé dans mes bras creux, pour l'apprendre, ton absence 
J'ai marché sans bord, entravée par ton écharde
Je t'ai aimé, négligeant la persistante sensation d'une faim légère
De cette agonie radieuse, je n'ai rien su







Janvier 2015